Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 14:07

"Munis du nouveau support et d’un matériel de prise de vue allégé, «bien des amateurs (…) ne rêvent que de photographier des chevaux de course ou des trains express[15]», note Albert Londe en 1886. Sur un plan strictement iconographique, l’enregistrement d’un train rapide est pourtant, selon un observateur, «une besogne ingrate, car si l’épreuve obtenue est nette, le train semble absolument au repos et l’affirmation seule du photographe, plus encore que le panache de vapeur qui voltige, garantit bien l’instantanéité de la pose[16]». La course à la vitesse des supports photographiques débouche sur un paradoxe: personne ne s’attendait à ce qu’un gain de rapidité, au lieu de traduire plus fidèlement le mouvement, engendre un étrange suspens visuel. Chutes et sauts, corps maladroits, contorsions incongrues, positions cocasses: devant ces clichés d’autant plus immobiles qu’ils auraient dû être plus animés, la révélation de l’involontaire, la pure apparition de l’accidentel causent un choc imprévu. Or, malgré le malaise provoqué par ces images jusque dans les cercles photographiques eux-mêmes, il est frappant de constater que c’est bien cette catégorie d’épreuves qui tient lieu, pour les amateurs, de clou de la photographie instantanée." extrait du blog d'André Gunther

Alfred-Ehrmann--Train-en-marche--1888-copie.jpg

Alfred Erhmann Train en marche 1888

Partager cet article

Repost 0
Published by Les conquérants de l'illusion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les conquérants de l'illusion
  • Les conquérants de l'illusion
  • : Le blog du projet des conquérants de l'illusion: onze peintres rendent hommage à onze pionniers de l'image fixe et animée.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens